Accueil Notre offre Découvrir Open-Root Devis Les usages Contact La doc
fr | en
Découvrir Open-Root

Sommet de l’ONU de l’IGF : Nuages noirs au-dessus de Bali

27.07.2013 | Actualités

A moins de trois mois de la réunion de l’IGF qui doit se tenir à Bali, le gouvernement indonésien ne veut plus accueillir ce sommet de l’ONU. Pour couper court aux rumeurs qui se sont immédiatement répandues sur les réseaux, Markus Kummer, Président par intérim de l’IGF et du MAG (Multistakeholder Advisory Group), fait le point.


Bonjour à tous,

Il est formidable de voir autant d’enthousiasme autour du FGI ! Nous sommes tous d’accord pour dire que le FGI a besoin d’une base financière plus solide - mais le modèle actuel devrait être maintenu dans la mesure où le financement devrait aller à l’administration centrale et non au pays d’accueil ! Patrick a relevé quelques bons points, notamment en ce qui concerne le financement des groupes. Cela devrait vraiment être poursuivi.

Cela dit, je pense qu’il est nécessaire de prendre du recul et de regarder quelques-uns des faits de base. Tout d’abord, l’ONU n’a reçu aucune confirmation officielle que l’Indonésie retire son offre d’accueillir le FGI 2013. L’ONU a accepté l’offre, mais n’a pas encore lancé une invitation à l’événement. Le Sous-Secrétaire général de l’ONU est l’invitant de la réunion, au nom du Secrétaire général, conformément à l’Agenda de Tunis. Il est seul en mesure d’annuler l’événement. Cependant, l’annulation n’est pas une option.

Actuellement, l’ONU à New York est en contact avec les autorités indonésiennes à différents niveaux pour savoir si elles sont prêtes à honorer leur engagement d’accueillir le FGI 2013.

J’ai fait un point hier avec le MAG lors d’une conversation téléphonique sur le fait que renflouer le comité d’organisation indonésien créerait un aléa moral. Nick a relevé ce point - ce serait en effet un précédent dangereux qui à la fin pourrait affaiblir le FGI au lieu de le renforcer.

Accueillir une réunion du FGI est un effort considérable, tant en termes de charge de travail que sur le plan du financement. Nous n’avons pas de chiffre des dépenses de chaque pays hôte dans le passé, mais les estimations varient entre USD 2-3 millions. Ce ne devrait pas être une surprise pour les hôtes indonésiens car le secrétariat du FGI avait expliqué les obligations d’un pays d’accueil dès 2010.

Il semblerait que le comité d’organisation n’a pas été en mesure de répondre. La question est maintenant qui doit les renflouer - le gouvernement indonésien ou la communauté internationale ? Le manque d’un million de dollars n’est rien pour une grande économie comme l’Indonésie - si le gouvernement n’est pas disposé à subvenir pour cette somme, alors il est clair qu’il n’y a pas de soutien politique pour accueillir la réunion. Encore une fois, comme Nick l’a souligné, il est possible de déplacer une réunion de l’ONU au QG ou à un autre lieu, ce ne serait pas une première - cela s’est passé avant et cela n’a jamais été la fin du monde. Je comprends parfaitement qu’il y aurait une quantité considérable de problèmes liés à l’évolution des arrangements de voyage et peut-être de perte d’argent sur les billets bon marché non remboursables. Cependant, les bonnes nouvelles, c’est que nous avons des expressions d’intérêt d’autres pays d’accueil potentiels.

La transparence budgétaire est une question posée depuis un certain temps. C’est une question complexe et nous devons éviter de mélanger les pommes avec les poires. Il y a d’une part le Fonds d’affectation spéciale qui finance le Secrétariat et, d’autre part, le budget du pays d’accueil. Les budgets font partie d’accords exclusifs entre l’ONU et le donateur ou le pays d’accueil, respectivement. Ils ne peuvent être divulgués que si toutes les parties en sont d’accord.

L’ONU peut être bureaucratique, mais ce que fait le personnel de l’ONU est fondé sur des règles et règlements établis par les États membres de l’ONU. Il est tout simplement inutile de discuter pour savoir si ces règles sont trop lourdes ou non. Accueillir un événement hors du Siège de l’ONU obéit à des règles fondées sur les résolutions adoptées par l’Assemblée générale des Nations Unies - qui est l’autorité législative suprême de l’ONU. Ces règles ne sont pas négociables.

Le principe de base est que les coûts supplémentaires résultant de la tenue d’une réunion en dehors du Siège de l’ONU doivent être financés par le pays hôte. Ces coûts comprennent le transport et le financement per diem du personnel des Nations Unies, comme interprètes, personnel de sécurité, secrétariat et autres membres du personnel technique. Pour le personnel qui doit être remplacé au siège (par exemple, le personnel de sécurité, les interprètes), il inclut également les coûts dits de remplacement (c’est-à-dire payer pour les gens qui remplacent ceux qui sont allés à la conférence). Il est évident que ces coûts varient considérablement d’un lieu à l’autre. Nairobi, par exemple, est un siège de l’ONU ce qui fait baisser le coût, car aucun personnel de sécurité ou interprète ne doit être déplacé. Pour l’Indonésie ce ne peut être que plus cher, car la plupart du personnel de l’ONU devrait être déplacé. Le pays hôte a la possibilité de transférer tous les fonds directement à l’ONU ou d’assumer directement une partie des coûts, comme le paiement des billets d’avion et chambres d’hôtel. L’ONU demande au pays hôte d’assurer le transport de l’aéroport aux hôtels et des hôtels au lieu de la conférence. Il appartient au pays hôte de décider son niveau de générosité pour la fourniture de repas gratuits et d’autres extras - mais ce n’est pas une exigence.

L’accord standard « Host Country Agreement » avec le pays hôte fournit le cadre juridique de la réunion. La conférence est sous l’égide de l’ONU et garantit l’immunité diplomatique à tous les participants pour toutes les paroles prononcées ou écrites dans le cadre de la réunion. Pour des raisons compréhensibles, ce droit fondamental n’est pas négociable. L’IGF, avec sa politique d’ouverture, a élargi cette notion de l’immunité diplomatique bien au-delà des limites de ce qui est généralement accepté par les conférences des Nations Unies. Tout participant ayant une « expertise et expérience éprouvées » est accepté sans processus d’accréditation onéreuse, comme c’est normalement le cas pour l’accréditation à l’ECOSOC et à d’autres conférences de l’ONU. C’est un gain énorme en termes de renforcement de coopération multipartite sous la bannière de l’ONU. Mettre en place des règles et règlements de l’ONU est un prix qu’il vaut la peine de payer !

Pour couper court à une longue histoire : restons calme et voyons si l’Indonésie est prête à se conformer à certains de ces principes de base et à financer l’IGF. Si elle ne peut expliquer où sont les déficits avec un budget raisonnable et raisonné, alors, nous pourrons voir s’il y a une nécessité pour la communauté internationale de s’investir - mais, comme je l’ai déjà dit à certains d’entre vous : nous n’en sommes pas encore là ! J’espère qu’à la fin, nous irons à Bali - mais en même temps nous devons garder toutes les options ouvertes et soyez prêt à partir à un autre endroit.

Cordialement Markus

Voir le site de l’IGF

<<< Actualités